Retour Panorama

               Le château de La Houssaye a très vraisemblablement été construit à la fin de l'époque féodale, vers la fin du 13° siècle. De cette époque, il ne reste que 2 tours d'angle. Le donjon serait du 15° siècle. Décentré à l'angle sud-est et entouré par de larges douves, le château parait isolé depuis la suppression des dépendances qui l'entouraient. Sa facade arrière est de l'époque renaissance alors que la facade principale ouvrant sur la cour d'honneur se rattache davantage à l'époque Henri 4 ou Louis 13. Un parc d'environ 60 hectares entoure le château. C'est dans ce parc que repose Gabriele Irach, la première femme du Maréchal Augereau.
               Entre 1522 et 1988, soit environ 470 ans, le château aura connu pas moins de 23 propriétaires, dont seulement 10 par succession . Délaissé par ses propriétaires successifs, ce n'est qu'à partir de 1781, avec le Baron Gigault de Crisenoy, qu'il prit réellement vie. Il resta dans la famille jusqu'en 1801, date à laquelle le Maréchal Augereau, Duc de Castiglione, en fit l'acquisition. L'Empereur Napoléon y passa plusieurs nuits.
               En 1817, à la mort du Maréchal, sa femme, Adélaïde de Chavange vend le château à M. Becker, agent du Roi du Danemark, puis il fut acheté par son gendre Félix de Mimont et resta dans la famille jusqu'en 1920. A cette date, il fut acheté par une société forestière et resta à l'abandon. Revendu en 1926 à M. Kirsch Catani pour en faire un immense lotissement, le projet ne put aboutir et le château continua à se délabrer.
               Il fut racheté en 1939 par M. Bellanger et, avec l'aide de sa femme, il passa 30 ans à le restaurer. En  1988, Monsieur Baudoin en fait l'acquisition et prend le parti de le sortir de son isolement. Il y réussit à merveille puisque depuis l'aménagement de la place, les murs ont été abattus et tout un chacun, en se promenant, peut en admirer sa façade et ses trois tours, ainsi que son parc.

 

                                                   

                       Haut de page                                                                                                                     Pour en savoir plus